Priapisme : symptômes, causes et traitements

1
52

Le priapisme est une érection prolongée du pénis. L’érection persistante se poursuit des heures au-delà ou n’est pas causée par une stimulation sexuelle. Le priapisme est généralement douloureux.

Bien que le priapisme soit une anomalie rare dans l’ensemble, il survient fréquemment dans certains groupes tels que les personnes atteintes d’anémie falciforme. Un traitement rapide du priapisme est généralement nécessaire pour prévenir les lésions tissulaires qui pourraient entraîner une incapacité à obtenir ou à maintenir une érection (dysfonction érectile). Le priapisme affecte le plus souvent les hommes dans la trentaine et plus.

Alors quels sont les symptômes, les causes et les traitements de cette maladie sexuelle ?

Symptômes du priapisme

Les symptômes du priapisme varient en fonction du type de priapisme. Les deux principaux types de priapisme sont le priapisme ischémique et non ischémique.

Priapisme ischémique

Le priapisme ischémique, également appelé priapisme à faible débit, résulte du fait que le sang ne peut pas quitter le pénis. C’est le type de priapisme le plus courant. Les signes et symptômes comprennent :

  • Érection durant plus de quatre heures sans rapport ou intérêt à la stimulation sexuelle
  • Tige pénienne rigide, mais la pointe du pénis (gland) est molle
  • Douleur pénienne progressive

Il est plus fréquent chez les hommes qui ont une maladie héréditaire caractérisée par des globules rouges de forme anormale (anémie falciforme).

Anémie

Les drépanocytaires peuvent bloquer les vaisseaux sanguins du pénis. Le priapisme récurrent décrit des épisodes répétitifs d’érections prolongées et comprend souvent des épisodes de priapisme ischémique. Dans certains cas, la condition commence par des érections indésirables et douloureuses de courte durée et peut évoluer au fil du temps vers des érections plus fréquentes et plus prolongées.

Priapisme non ischémique

Le priapisme non ischémique, également connu sous le nom de priapisme à haut débit, se produit lorsque le débit sanguin pénien n’est pas régulé de manière appropriée. Le priapisme non ischémique est généralement moins douloureux que le priapisme ischémique. Les signes et symptômes comprennent :

  • Érection durant plus de quatre heures sans rapport ou intérêt à la stimulation sexuelle
  • Tige pénienne dressée, mais pas entièrement rigide

Causes du priapisme

Une érection se produit normalement en réponse à une stimulation physique ou psychologique. Cette stimulation provoque la relaxation de certains muscles lisses augmentant le flux sanguin vers les tissus spongieux du pénis. Par conséquent, le pénis rempli de sang devient allongé et rigide. Une fois la stimulation est terminée, le sang s’écoule et le pénis revient à son état non rigide (flasque).

Le priapisme survient lorsqu’une partie de ce système ; le sang, les vaisseaux sanguins, les muscles lisses ou les nerfs impactent le flux sanguin normal de façon que l’érection devienne permanente. La cause sous-jacente du priapisme ne peut pas souvent être déterminée, mais plusieurs conditions peuvent contribuer à ce problème :

Troubles sanguins

Les maladies liées au sang peuvent être des facteurs au priapisme, généralement le priapisme ischémique, lorsque le sang ne peut pas s’écouler du pénis. Ces troubles comprennent :

  • Anémie falciforme
  • Leucémie
  • Autres dyscrasies hématologiques, telles que la thalassémie, le myélome multiple et autres

Le diagnostic le plus courant chez les enfants est l’anémie falciforme.

Autres facteurs du priapisme

L’alcool, la marijuana, la cocaïne et d’autres drogues peuvent provoquer le priapisme, en particulier le priapisme ischémique.

Les autres causes de priapisme peuvent être :

  • Une morsure d’araignée, une piqûre de scorpion ou autres infections toxiques
  • Troubles métaboliques y compris la goutte ou l’amylose
  • Troubles neurogènes tels qu’une lésion de la moelle épinière ou la syphilis
  • Cancers touchant le pénis

Le priapisme, généralement le priapisme ischémique, peut être également un effet secondaire d’un certain nombre de médicaments notamment :

  • Médicaments injectés directement dans le pénis pour traiter la dysfonction érectile, tels que l’alprostadil, la papavérine, la phentolamine et autres
  • Antidépresseurs, tels que la fluoxétine (Prozac), le bupropion (Wellbutrin) et la sertraline
  • Alpha-bloquants y compris la prazosine, la térazosine, la doxazosine et la tamsulosine
  • Médicaments utilisés pour traiter l’anxiété ou les troubles psychotiques, tels que l’hydroxyzine, la rispéridone (Risperdal), l’olanzapine (Zyprexa), le lithium, la clozapine, la chlorpromazine et la thioridazine…
-

L'érection est un mécanisme du corps normal et sain. Cependant, parfois une érection peut survenir spontanément ou à un moment où vous préféreriez ne pas en avoir. Comment pouvez-vous empêcher…

Traitement du priapisme

Thérapie d’aspiration

L’excès de sang est drainé du pénis à l’aide d’une petite aiguille et d’une seringue (aspiration). Dans le cadre de cette procédure, le pénis peut également être rincé avec une solution saline. Ce traitement soulage souvent la douleur, élimine le sang pauvre en oxygène et peut arrêter l’érection. Ce traitement peut être répété jusqu’à la fin de l’érection.

Médicaments

Un médicament sympathomimétique, tel que la phényléphrine, peut être injecté dans le pénis. Ce médicament resserre les vaisseaux sanguins qui transportent le sang dans le pénis. Cette action permet aux vaisseaux sanguins qui transportent le sang hors du pénis de s’ouvrir et permet une circulation sanguine normale. Ce traitement du priapisme peut être répété plusieurs fois si nécessaire. Vous serez surveillé pour les effets secondaires tels que les maux de tête, les étourdissements et l’hypertension artérielle.

Interventions chirurgicales ou autres

En cas de l’échec des traitements non invasifs, un chirurgien pourrait effectuer une intervention chirurgicale pour réacheminer le flux sanguin afin que le sang puisse circuler normalement dans le pénis.

Dans le cas du priapisme non ischémique, votre médecin pourrait suggérer une approche de surveillance. Mettre des blocs de glace et une pression sur le périnée, la région entre la base du pénis et l’anus, pourrait aider à mettre fin à l’érection.

La chirurgie peut être nécessaire dans certains cas pour insérer du matériel tel qu’un gel absorbable qui bloque temporairement le flux sanguin vers votre pénis. Vous pourriez également avoir besoin d’une intervention chirurgicale pour réparer les artères ou les dommages tissulaires résultant d’une blessure due au priapisme.

Si vous avez une érection qui dure plus de quatre heures, vous avez besoin de soins d’urgence. Le médecin déterminera si vous souffrez du priapisme ischémique ou du priapisme non ischémique. Cela est nécessaire, car le traitement de chacun est différent et le traitement du priapisme ischémique doit être effectué le plus tôt possible.

Jonas.Fr, 13. 7. 2020
Enfin un nom sur ce que je vis…Bien soulagé de voir qu'il existe des traitements…et que je ne suis pas seul…

Un pensiero su “Priapisme : symptômes, causes et traitements

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *